Tags

, ,

Jorge Mario Bergoglio

Premier pontife du continent américain, un austère Jésuite argentin, le cardinal Jorge Mario Bergoglio, originaire du Brésil, dans l’un des conclaves les plus rapides de l’histoire, après seulement cinq tours de scrutin, a été élu pape mercredi le 13 mars 2013 sous le signe de la simplicité, devenant ainsi le nouvel évêque de Rome.

Le nouveau pape a déjà un agenda assez chargé.

Mercredi soir, dans un bref discours improvisé, il affirmait que de la chrétienté avait besoin d’une «nouvelle évangélisation».

Aujourd’hui, le pape François 1er (du nom de l’un des saints les plus populaires du catholicisme, Saint-François, le poverello d’Assise, l’homme qui, au treizième siècle, avait voulu réformer l’Église par la simplicité et la pauvreté), avec ses pairs,  les 114 cardinaux qui l’ont élu au plus haut poste administratif de l’Église Catholique Romaine, se retrouvera sous les voûtes de la Chapelle Sixtine peintes par Michel-Ange et évoquant la création du monde et le jugement dernier. La messe d’installation du pontificat, quant à elle, aura lieu mardi, jour dans la basilique Saint-Pierre et de nombreux chefs d’État et de gouvernement y sont attendus.

Les cardinaux ont élu un homme reconnu pour sa simplicité, se tenant loin des luttes de pouvoir, un homme qui souhaite un retour aux origines de l’Église. Lors de sa première apparition publique, il n’a pas été sans rappelé l’humour de Jean Paul II, la bonhomie et l’humilité de Jean XXIII, y compris la tonalité de sa voix.

Selon Antoine-Marie Izoard, le vaticaniste de l’agence I. Media, le cardinal Bergoglio avait refusé son élection en 2005. Le cardinal Bergoglio aurait pleuré il y a 8 ans quand il a constaté qu’il pourrait être élu pape pour remplacer Jean Paul II. À ce moment, jugeant la charge trop lourde, il aurait dit: « non, laissez la charge à Ratzinger, moi je n’en peux pas, je ne le sens pas».

Qui est Jorge Mario Bergoglio ?

L’élection du cardinal argentin Jorge Mario Bergoglio au poste de plus haut fonctionnaire de l’Église Catholique Romaine est inédite: c’est la première fois qu’un pape vient des Amériques. C’est aussi la première fois dans l’histoire du Vatican qu’un pape est issu de la Compagnie de Jésus. Pressenti à ce poste lors du conclave de 2005, après avoir recueilli le plus grand nombre de votes derrière le pape démissionnaire actuel, il se serait montré si effrayé par la perspective de devenir pape qu’il aurait dit : « Laissez-lui le poste », en parlant de Ratzinger.

Âgé de 76 ans, l’archevêque de Buenos Aires et primat d’Argentine est un jésuite austère, considéré comme conservateur en matière de doctrine et progressiste en matière sociale. Humble, discret et modeste, il aime la marche et préfère l’autobus ou le métro aux limousines. Cultivant un profil bas, fuyant toute vie mondaine et toute publicité, Il n’accorde pas d’interviews. Archevêque de Buenos Aires depuis février 1998, le 21 janvier 200, il est le premier jésuite à avoir été nommé, par Jean-Paul II, au poste de primat d’Argentine. Ingénieur chimiste, il est également licencié en philosophie et en théologie. Il maîtrise, outre l’espagnol et l’italien, l’anglais, l’allemand et le français.

Malgré une santé fragile, et vivant avec un seul poumon depuis l’âge de 20 ans, Jorge Mario Bergoglio est un homme de terrain. Il passe ses week-ends à parcourir les paroisses les plus défavorisées et à s’entretenir avec les prêtres des bidonvilles et des prisons. On le dit très attentif aux besoins de ses subordonnés, qui peuvent le joindre à tout moment sur une ligne de téléphone directe.

Issu d’une d’une famille modeste d’immigrés italiens, Jorge Mario Bergoglio est né à Buenos Aires le 17 décembre 1936. C’est à l’âge de 22 ans, que le jeune Jorge décide d’entrer dans les ordres. À 33 ans, il est ordonné prêtre et fait pratiquement tout son sacerdoce à Buenos Aires pour y être nommé évêque en 1992. Il a 36 ans quand il est élu au titre de Provincial, c’est-à-dire au poste de responsable national des jésuites argentins et conservera cette charge pendant six ans.

Jorge Mario Bergoglio est un homme, un personnage énigmatique, fascinant, sujet à controverses et objet de polémiques. Bien qu’il s’oppose fortement à la légalisation de l’avortement, au contrôle des naissances et à l’ordination de femmes, il se veut progressiste en matière d’affaires sociales. En septembre 2012, il sera durement critiqué ses pairs, qualifiant d’hypocrites les prêtres qui refusaient de baptiser les enfants de mères célibataires.

Enfin, le nouveau pape François est un fanatique de football, un grand lecteur de Borges et Dostoïevski et, un amateur d’opéra et de tango.

 המטיף

The Preacher

 

A JMD Communications Publication

jmdlive@live.ca